Thèse de Cécile Rivals : La construction d’une ville de confluence : Saint-Antonin

La soutenance de thèse a eu lien le jeudi 17 septembre 2015 à 14h00 à la bibliothèque d’études méridionales (56 rue du Taur, 31000) Cécile Rivals a soutenu brillamment sa thèse dont les contenus sont attendus impatiemment à Saint-Antonin.

Vous pouvez trouver ci-dessous le résumé de la thèse.

Pour avoir un avant-goût de la recherche, nous proposons en pièce jointe un document de 2011 annonçant l’ambition du travail désormais terminé.

document  à télécharger

Capture d'écran 2015-10-02 21.13.22

2011 – C. Rivals, « Modélisation des dynamiques spatiales d’une ville médiévale : Saint-Antonin-Noble-Val (82) à travers le croisement des sources », communication à la journée « Présentation des travaux de thèse des doctorants TRACES », 08 juin 2011.


La construction d’une ville de confluence : les dynamiques spatiales de Saint-Antonin-Noble-Val (82) du Moyen Âge à la période pré-industrielle

Résumé

La compréhension des processus conduisant à la construction d’une ville nécessite une approche pluridisciplinaire, dont les prismes utilisés ici sont l’archéologie, l’histoire, les mathématiques, la géographie et la géomatique. Les sources doivent être multiples, archéologiques, écrites, fiscales, iconographiques, planimétriques et les échelles variées, de la maison au territoire. La ville de Saint-Antonin-Noble-Val, deuxième agglomération du Rouergue au bas Moyen Âge, dont le développement est étroitement lié à la gestion du réseau hydrographique, constitue l’espace-laboratoire de cette recherche. Ce bourg monastique représente un véritable creuset pour la mise en place d’une nouvelle méthodologie élaborée pour étudier le phénomène urbain médiéval. Les sources fiscales médiévales et modernes, traditionnellement utilisées pour l’étude des paysages, sont modélisées sous forme de graphes d’adjacence des parcelles afin de percevoir les dynamiques de l’espace urbain sur le temps long. La comparaison des parcellaires entre le bas Moyen Âge et le XIXe siècle, rendue possible par l’utilisation de la théorie des graphes et le croisement avec les données archéologiques, permet d’approcher les modalités d’aménagement d’un territoire urbain.

Mots clefs: Moyen Âge, période moderne, ville, bourg monastique, sources fiscales, archéologie, théorie des graphes, dynamiques morphologiques

Construction of a city at the confluence of two rivers: spatial dynamics of Saint-Antonin-Noble-Val (82) from Middle Ages to Pre-Industrial era

Abstract

Understanding the process leading to the construction of a city requires a multidisciplinary approach. Herein are included disciplines such as archeology, history, mathematics, geography and geomatic. The sources should be diverse (archaeological, written, tax, iconographic, planimetric) and the scales varied, from the house to the territory. The city of Saint-Antonin-Noble-Val, whose development was closely related to the hydrographic network management, was the second largest city of Rouergue in the Late Middle Ages; it constitutes this research lab-area. With the example of this monastic town, a new methodology developed to study medieval urban phenomenon is provided. In order to perceive the dynamics of urban space over time, both medieval and modern tax sources, traditionally used for landscape study, are modeled as adjacency graphs of the plots. The comparison between the cadastral allotment of the Late Middle Ages and the XIXth century is achieved using the graph theory and its intersections with available archaeological data; it allows to approach the arrangement modalities of an urban area.

Key words: Middle Ages, modern period, town, monastic town, tax sources, archaeology, graph theory, morphological dynamics