Pourquoi rejoindre le réseau Città Slow-Cité du Bien-vivre ?

 P1220785 Photo prise pendant la manifestation “des créateurs dans mon dressing” 2014

Pourquoi rejoindre le mouvement ? une décision mûrement réfléchie

• Préparation et présentation de la démarche

Depuis des décennies, les élus et les responsables économiques, culturels et touristiques s’efforcent de développer l’image de Saint-Antonin-Noble-Val en misant sur les particularités de la ville, de la vallée, des causses : une cité de caractère, une certaine tranquillité, mais aussi un espace urbain permettant une vie au jour le jour.

Mais il est apparu ces dernières années que l’attractivité de la ville avait besoin d’être renforcée. Que la création d’emplois classiques devenait de plus en plus difficile étant donné le (relatif) éloignement de la cité.

Que, par contre, l’atout majeur (le patrimoine, l’animation culturelle) pouvait porter une économie nouvelle, fondée sur l’accueil, la culture, le tourisme… Une qualité de ville au service d’une qualité de vie.

2010-2011  : dans le cadre d’une étude sur le développement de la ville et en particulier du commerce et de l’artisanat (voir annexe en fin de ce document), la charte du mouvement Città Slow a été présentée ; après mûre réflexion, après avoir examiné les expériences françaises ou étrangères, l’ensemble des responsables de Saint-Antonin a souhaité se rapprocher du réseau pour évaluer les enjeux, les obligations et les avantages d’une adhésion.

Dans l’approche stratégique, le projet Città Slow représente plus que le cinquième axe : innover dans un cadre préservé ; en fait il est présent dans tous les projets et doit donner un cadre opérationnel à la phrase « créer du désir pour Saint-Antonin » qui, sans cela, serait une formule incantatoire.

et une réflexion mise en débat…

• La décision du conseil municipal et l’engagement collectif

Le 6 avril 2012, le conseil municipal a délibéré sur une première étape, demandant au maire de lancer la démarche de candidature de la ville de Saint-Antonin-Noble-Val.

Parallèlement,

une commission extra-municipale a été créée comprenant :

  • l’Office du tourisme de Saint-Antonin-Noble-Val
  • l’Association des Amis du Vieux Saint-Antonin
  • l’Association Côté Noble Val (animation économique, commerciale, artisanale)
  • L’Établissement rural Emploi-Formation (EREF) qui joue le rôle de conseil en création d’entreprises, pépinière, portage de projets…

Ces structures se sont engagées solidairement à la réussite du dossier.

Dans un second cercle,

  • la Chambre de commerce et d’industrie du Tarn-et-Garonne
  • la Chambre de métiers du Tarn-et-Garonne,
  • la Chambre d’agriculture
  • le Pays Midi-Quercy
  • sont signataires d’une convention de partenariat avec la mairie de Saint-Antonin-Noble-Val.

L’ensemble forme le Codact (Comité de développement de l’artisanat, du commerce et du tourisme).

Les points de convergence entre le projet de Saint-Antonin-Noble-Val et le réseau Città Slow

Ce qui a été dit, débattu et acté par le conseil municipal :

« C’est une démarche de qualité avec des exigences obligatoires ou optionnelles. Certaines tombent sous le sens pour Saint-Antonin, d’autres ne nous concernent pas. »

« Certaines politiques concernent toute la commune, d’autres ne s’appliquent qu’au périmètre historique (la partie incluse dans les anciens remparts : une zone à préciser pour Saint-Antonin-Noble-Val).

Privilégier les zones piétonnes, les places où l’on peut s’asseoir et converser paisiblement,

Mettre en valeur le patrimoine urbain historique

Développement le sens de l’hospitalité chez les commerçants,

Limiter le bruit subi

Développer la solidarité intergénérationnelle,

Préserver et valoriser les coutumes locales et produits régionaux,

Privilégier les commerces de proximité, les marchés

Donner la priorité aux transports en commun et autres modes non polluants,

etc.

Ces points tirés de la charte ont été mis en évidence pour leur aspect concret ; ce qui se fait à Saint-Antonin va dans ces directions, même si des marges de progrès existent dans les détails.

Sur les fondamentaux de la charte du réseau Città Slow, les choix de société sont à expliciter et à faire partager.

Un projet où le mot « Cité » renvoie à l’engagement « citoyen », un projet où le mot « slow » renvoie au « temps de vivre », le temps des échanges entre les hommes dans une ville apaisée, « la cité du bien-vivre ».

 

Un tel projet n’a de sens que s’il est partagé.

De multiples catégories sont concernées : les habitants, les acteurs touristiques, les commerçants et artisans, les responsables de la vie publique…

Une difficulté majeure est de sensibiliser des résidents qui ne sont là qu’en belle saison, pour quelques semaines ou quelques jours ; qu’ils soient des citoyens à temps partiel n’enlève rien à leur rôle de « producteur » de richesse locale.

> Mise en place d’une commission extra-municipale avec participation active du maire (créée fin 2011)

Avec les élus du conseil municipal, examen des exigences de la charte commission par commission pour prendre la mesure des positions réciproques.

Vers les citoyens

> Présentation écrite du projet avec distribution par courrier

> Mise en ligne du projet détaillé sur ce site www.cotenobleval.com

> Mise en place d’une adresse de courriel permettant d’exprimer des réactions ou de lancer un débat.

> Organisation d’une réunion publique de présentation avant la fin de la saison touristique (septembre 2012) pour débat autour des enjeux et des implications posées par ce projet.

Par ailleurs, il sera demandé aux partenaires de ce projet de relayer la communication auprès de leurs adhérents, ressortissants.